À propos du Fonds 1804

La Persévérance scolaire: l’affaire de tous!

 »Pour qu’un enfant grandisse, il faut un village » ce proverbe décrit bien la philosophie du Fonds 1804 pour la Persévérance Scolaire qui a la ferme conviction que la réussite des jeunes dépend aussi de la communauté qui les entoure en support des parents et du réseau scolaire. Créé modestement en 2013 par un groupe d’amis passionnés et engagés (avec le concours des YMCA du Québec) le Fonds 1804 s’impose aujourd’hui comme un acteur important dans l’atteinte de la réussite scolaire pour le plus grand nombre dans l’agglomération métropolitaine.

Partenariats avec les acteurs du milieu

Le Fonds 1804 avec les années a augmenté considérablement le nombre de bourses distribuées aux jeunes persévérants et travaille d’arrache-pied afin que cette hausse se poursuive. Ce travail ne se fait pas seul et d’années en années, le Fonds a su créé de nouveaux partenariats tout en renforçant ceux déjà initiés afin de bien cibler sa clientèle et de travailler en concertation avec les commissions scolaires et les organismes communautaires pour la promotion de la persévérance scolaire.

Au delà des bourses, le Fonds 1804 c’est aussi des conférences comme celle de M. René Vézina (du Journal les Affaires) «Quand persévérance scolaire rime avec entrepreneuriat» qui a eu lieu dans le cadre des journées de la Persévérance scolaire 2016 et comme celle à venir durant le gala de la professeure Marie McAndrew « La communauté partenaire de la réussite éducative de nos jeunes ». 

LE GALA DE LA PERSÉVÉRANCE SCOLAIRE

Une histoire de résilience

Le Fonds 1804 dans son nom fait bien évidemment référence à la République d’Haïti et à l’histoire de persévérance de son peuple dans la conquête de son indépendance. Le Fonds veut encourage la persévérance et la résilience dans l’atteinte de ses objectifs afin que le plus grand nombre de nos jeunes puissent partir bien outillés à la conquête de leurs rêves. Chaque année au cours du Gala, le Fonds 1804 remets le prix Nelson Mandela honorant un organisme phare dans la promotion de la persévérance scolaire ou une personnalité qui au cours de sa carrière a tous mis en oeuvre afin de favoriser la réussite scolaire de ceux qu’elle accompagne.

Cette année, le récipiendaire est le directeur à la retraite (Académie Dunton, Académie de Roberval et l’École Louis-Joseph Papineau entres autres) mais toujours très actif M. Gérard Jeune qui a su gardé le contact avec un bon nombre de ses anciens élèves afin de les supporter tout au long de leur carrière. M. Jeune est un des premiers directeurs d’école d’origine autre que caucasienne sur l’île de Montréal. Avec un mélange de fermeté et d’humanisme, il a avec brio insufflé le désir de réussite aux élèves des écoles qu’il a dirigé. M. Jeune n’a jamais eu peur des défis et a une passion d’aider les laissés pour contre du système.

13254316_750766371732075_7962949000320882278_n

Le Fonds c’est...

Un conseil des Gouverneurs dévoués à l’image de leur président (membre fondateur) Édouard Staco dont la passion est contagieuse  . Des Ambassadeurs issues de différents milieux passionnés par la cause , des donateurs et des bénévoles qui ont à coeur la réussite de nos jeunes. Pour en savoir plus sur le Fonds 1804 et savoir comment vous pouvez (comme moi) contribuez à la cause visitez leur site fonds1804.org

 

 

 

Elle a dit (What She said)

Passion et Ambition au féminin

13071840_10153960123761999_3795639109581877679_o©Facebook Officiel What She said

C’est dans une salle comble qu’Anne-Lovely Étienne a animé avec brio l’édition Montréalaise de la série de conférence What She Said (Elle a dit) initiée par la chaîne d’Hôtel W à travers le monde. L’édition montréalaise organisée en collaboration avec C2 Montréal et le CMM avait un panel avec des personnalités très différentes mais tout aussi inspirantes les unes que les autres.

13254920_10153645355335509_1381661461633261450_o©Facebook Officiel Anne-Lovely Étienne

Ce panel était composé de la designer Marie Saint-Pierre (très empathique et à l’écoute), de l’artiste de rue MissMe (très engagée et éloquente), la propriétaire de la boutique en ligne Womance Andréanne Marquis (rafraîchissante et spontanée) et de Stéphanie Liverani (timide mais une force tranquille), confondatrice avec son mari de la compagnie Crew et plus récemment le Café Crew &Collective dans le Vieux Montréal. La présentation était précédée d’un cocktail au cours duquel les participantes pouvaient réseauter, se faire maquiller (par l’équipe du Studio Caroline Théoret), admirer tout en conversant avec elles les mannequins vivants portant les magnifiques tenues signées Valérie Duhaime et bien sûr prendre un verre.

Ces femmes ont eu des conversations très enrichissantes sur la créativité, le rôle et la place des femmes dans leur domaine respectif, le féminisme et j’en passe. Dans le plus grand respect, chacune a pu exprimé son point de vu personnel, parfois très différent de celui des autres. Une ambiance très conviviale régnait dans la salle et l’animation d’Anne-Lovely (générosité et simplicité) y est pour beaucoup.

13316839_1161040553934598_8524335773441419778_o©Facebook le CMM

Créativité, féminisme redéfinition du mode de travail

Selon Marie Saint-Pierre, la créativité naît de notre instinct et de notre sens de l’innovation et de notre désir comme femme de redessiner le monde avec d’autres lunettes. Pour Stéphanie Livani, le modèle corporatif actuel n’est pas adapté aux besoins non seulement des femmes mais aussi des créateurs. C’est pour cela, que chez Crew, le 9 à 5 n’existe pas. Elle surenchérit en disant que le processus créatif ne se module pas et n’entre pas dans un carcan.

Pour MissMe, les femmes ont une vision plus spirituelle, humaniste et globale de voir le monde et qu’elles amènent des changements de mentalités dans leurs milieux. Elle et Stéphanie dans des termes différents ont exprimé le fait de donner des étiquettes dès la petite enfance enferment les jeunes filles dans des carcans. MissMe estime aussi qu’il s’agit d’une conversation qui dérange mais qu’il faut continuer à avoir afin de changer les choses. Pour Andréanne, il faut ne pas avoir peur d’être à la limite frondeuse pour prendre sa place.

Une chose est sûre, qu’elles soient d’un féminisme plus affirmée et surtout plus assumée comme Marie Saint-Pierre et MissMe ou d’une voix plus modérée en plein balbutiement et réflexion comme Andréanne et la plus timide Stéphanie, les quatre panélistes s’entendent sur le principe qu’il faut que les femmes continuent à prendre leur place, à foncer mais pas à n’importe quel prix et sans marchander leurs convictions.

13320726_1793077117593197_9072396888640393897_o (1).jpg©Facebook Officiel Andréanne Marquis

Le message de ces panélistes étaient clair comme le slogan de Nike :  » JUST DO IT » et surtout faites le vous-même car personne d’autre n’est dans votre tête et connaît la vision que vous souhaitez partager avec le monde. Votre projet et ce peu importe le domaine est votre lègue aux générations à venir surtout votre façon de dire voilà comment j’imagine le monde et ma contribution pour le rendre plus adaptée à d’autres réalités.

Ce que j’en retiens

L’entrepreneuriat n’est peut-être pas pour tout le monde mais sans avoir essayé vous ne le saurez pas. Suivez votre instinct, écoutez votre voix (mettez sur  »mute » celle des autres), mettez les sentiments de culpabilité et le syndrome d’imposteur de côté et foncez!

Difficile, de ne pas sortir d’une telle soirée sur un nuage de quasi-invincibilité. D’abord, elle ont des parcours très différents, d’essais-erreurs et de doutes mais n’ont jamais abandonné. Ensuite, car contrairement aux clichés présentées, elles ont fait preuve d’une très grand écoute et d’empathie les unes envers les autres. C’est ce dont le monde a besoin, des femmes qui poussent les autres à aller plus loin tout en respectant le fait que chacune a une essence qui la caractérise.

Crédit Photo : Foodologie

 

 

 

 

 

Open your fence…

 

How about you took the time to actually get to know me and take it from there? I keep trying to understand why you keep doing this dance: one step forward, two step backwards. There’s much more to me than a party girl if you gave me half a chance, I would be able to show that in fact, I am not much of a party girl anymore.

I am a woman with high hopes and dreams. I am a mother that wants to lead her son by example. I am not in the market for someone that will keep me company for a season or two; I am not on the market for a temporary fix; I am not in the market for someone with no passions or ambitions. I want someone that I can build an empire with; I want someone I can share my dreams with and that wants to share theirs with me; I want someone I can paint my way through life with and so much more…

Now back to you, you have let into your life time after time women that in the end were with you for all the wrong reasons: either the fame got to their head or it scares them away. The first thing that you learned about me was that all that fame and bling do not impress me; it is the stories that lead to it that cached my interest. People often label you as cocky but I see you for who you truly are a teddy bear with a soft heart. The over the top arrogance is just your crab’s shell to keep the world at bay; a simple way to protect yourself. It takes a crab to know one.

You are more than a man in well tailored suits with a killer smile. You are a man of substance and I enjoy our conversations, should I say debates, since we often agree to disagree in the end. I enjoy those stolen moments but they quickly fade in our fast pace lives. I am thankful for those unexpected meet ups and those comforting hugs but my mind is stuck on that exhilarating kiss ages ago.

I drift away to that moment where everything seemed to be finally had fallen into place. An instant, where I thought  »ok, maybe he is into me after all, maybe this will lead somewhere…. » but instead it lead to more mixed signals, more miscommunications by text. Yet, every time I see you, my friends tell me:  » did you see how he looks at you? Did you see how he tracked your every move throughout the night? » At first, I use to let the naive girl still in me take that for something more than it is and let my imagination lead me to a future that would involve you.

Today, the 32years old woman that I am realizes that this doesn’t mean anything. Yet, I still wish we had more time together and that we took the time to truly get to know each other in a deep, intimate way where minds and souls connect. I feel like we have barely scratched the surface. I find myself hoping that you will open your fence and let me in. Take a leap of faith!

MCJ Tuesday January 12, 2016

p.s here’s a quote from an instagram account I absolutely adore, she also has a book I believe.

 

Yes Im a hopeless romantic #Repost @misssaywhatsreal ・・・ I need love.

A photo posted by Marika J (@simplementmarika) on

More about Vues Sur Rika

12295365_10156268242530156_185109914898759406_nLorsque j’ai créé ce blogue, il y a maintenant 5 ans, mes idées étaient un peu éparpillées. Je ne savais pas exactement où cette aventure allait me mener. Je venais de quitter la radio, j’allais retourner sur les bancs d’école. Je voulais continuer à partager mes découvertes et mes passions avec les autres. Aussi avec les encouragements d’amis écrivains, je cherchais une plate-forme afin de partager mes textes…
When I created this blog nearly fives years ago, my thoughts were scattered. I had no idea where this venture would bring me. I had just stopped covering the cultural beat on the radio and I was about to go back to school. I just knew that I wanted to stay connected with people to be able to keep on sharing and pushed by friends that happened to be writers, I was looking for a way to share my writing…
My posts did not have any clear direction and included cultural agendas, original poetry pieces, random thoughts and even an interview with Grammy award winner, the music producer Steve Pageot. Le sujet de mes billets étaient éparpillés: agenda culturel, pièces originales de poésie, humeur et une interview avec le producteur Steve Pageot (gagnant d’un Grammy). 
Aujourd’hui, j’ai une vision beaucoup plus claire. Je veux continuer à partager mes découvertes culturelles, tout en maintenant une place pour mes humeurs et mes nouveaux poèmes et une éventuellement une section pour les entrevues. Mes textes qui ont le plus touché mes lecteurs sont souvent ceux que j’ai écrit un peu sur un coup de tête sans trop d’analyse. De plus, l’image de marque ainsi que la notoriété du blogue sont les tâches sur lesquelles je m’attellerai à moyen terme.
I have a clearer vision of the direction of where I want to take this blog. I will continue to share my new discoveries while still giving lots of space to my random thoughts and original poetry places. I came to realize that the pieces that touched people the most were the ones that I wrote on impulse without editing or censoring.  Eventually, I will add a special section for interviews.  For the next 2 years, my main focus is the blog’s branding and traffic.
 
Thank you for reading and sharing my posts/Merci de continuer à me lire et de partager mes billets
 
MCJ 6 janvier 2016

Perdre son emploi ça change pas le monde sauf que…

Bonjour chers/chères abonnéEs,

Désolé une fois de plus sur ma longue absence du blogue. L’année 2015 a en un premier temps été parsemées de moments plus difficiles. À travers ces expériences, j’ai beaucoup appris sur moi même et cela m’a ouvert les yeux sur l’état de mes relations interpersonnelles tant au niveau familial, amical et professionnel.

Je suis tombée des nues suite à mon congédiement, Sauter de joie ne faisait définitivement pas partie de la gamme des émotions que j’ai traversées ce jour là. J’ai fait de mon mieux afin de gérer le tout avec dignité et élégance. Le niveau de stress était très élevé face à mes obligations financières (et ce facteur financier a été bien sûr une source de stress jusqu’à mon premier jour dans mes nouvelles fonctions). Cela dit, une fois le choc passé et ma dernière semaine complétée, je me sentais libérée: de la pression indue, de la morosité ambiante, de l’hypocrisie au quotidien…et j’en passe. Ce fût, un poids émotif de moins sur les épaules.

Alors voici donc dix des nombreuses raisons pour lesquelles, au final perdre mon emploi a été plus bénéfique globalement dans ma vie qu’autre chose:

  1. J’ai pu passer beaucoup plus de temps avec mon fils avant sa transition au secondaire. Cela a été une occasion de bien prendre la mesure de l’évolution du caractère de mon fils, de le redécouvrir et de l’accompagner de plus près dans sa transition. Nous avons eu l’occasion de partager des moments inoubliables en profitant des activités que notre ville avait à nous offrir durant la saison estivale. J’ajouterai que cela a renforcé notre relation ainsi que mon sentiment du devoir jusqu’ici bien accompli.
  2. J’ai eu plus de temps à consacrer à ma famille de manière générale. Mon noyau familial est très important pour moi, il est une source à la fois d’inspiration mais aussi un  »lieu de ressourcement ». Après la perte de mon emploi, j’en avais bien besoin.
  3. J’ai pris conscience que je n’avais pas tout à fait pris le temps de gérer ma peine suite à la perte successive d’êtres chers et j’ai mesuré l’influence qu’ils ont eus sur ma vie et mes choix. J’ai aussi réalisé que la meilleure façon de les honorer est de continuer à vivre pleinement et à me développer en devenant une meilleure version de moi-même chaque jour.
  4. Le dysfonctionnement de mon noyau amical m’a sauté aux yeux. Depuis la fin de mes études, tranquillement je remarquais certaines choses et mon intuition me guidait et cet été tout a éclaté À prima bord,  il s’agissait d’une situation très inconfortable pour moi qui m’a affectée beaucoup plus que je ne l’aurai imaginée au départ. Le fait d’avoir tout ce temps devant moi, m’a permis de mieux gérer la mutation de certaines de mes relations d’amitiés:  vers un statut moins important pour certaines voire la rupture pure et simple de liens dans d’autres cas (je reviendrais dans un autre billet sur l’amitié). Le positif dans tout cela? J’ai eu plus de temps et d’énergie à consacrer pour les personnes qui partagent les mêmes valeurs que moi en amitié comme par exemple la loyauté, la franchise et l’empathie. J’ai renoué des liens avec des gens que j’avais perdu de vue et de nouveaux liens se sont aussi tissés avec d’autres personnes qui sont venues enrichir ma vie.
  5. Perdre mon emploi a été une occasion pour moi de m’objectiver et de grandir commeforce vive sur le marché du travail J’ai pris des notes mentales de mes erreurs stratégiques afin de ne pas les répéter dans mon emploi courant. J’ai ainsi pris le recul nécessaire afin d’analyser froidement le fil des événements qui ont mené à mon congédiement (mis à part le népotisme ambiant).
  6. J’ai renoué avec la lecture. J’ai toujours aimé lire et cet été, je me suis assise sur ma chaise longue, j’ai lu en .écoutant le son des oiseaux, en prenant du soleil et en me laissant bercer par le jet d’eau de notre magnifique jardin d’eau. Cela était mon autre oasis, un autre lieu de ressourcement, physique celui là.
  7. J’ai mis à jour  »mon vision board » et revu mes objectifs à court, moyen et long terme au niveau de mon développement personnel, de ma vie familiale et bien sûr au niveau professionnel. Je me suis recentrée sur mes rêves !!
  8. J’ai débuté une réflexion plus globale qui se poursuit à travers des lectures sur le sujet sur le positionnement, le  »branding » de mon blogue.
  9. J’ai pris conscience de ma valeur réelle comme force vive sur le marché du travail à travers les multiples entrevues que j’ai passé suite à cet événement et au final j’ai abouti dans un environnement tout nouveau, une industrie que je ne connais pas du tout et c’est très stimulant.
  10. J’ai trouvé beaucoup mieux: oui ce n’est pas encore tout à fait dans mon domaine mais je me rapproche et j’ajoute une corde à mon arc. Dès le jour 1, j’ai sentiment que je faisais partie d’une organisation qui respecte, valorise et aide ses employéEs à s’épanouir au niveau professionnel. Cela fait toute une différence au niveau de la charge émotive.

Chaque situation difficile amène son lot d’émotions négatives mais au bout du compte, il faut trouver un moyen de transcender et de canaliser cette énergie afin d’avancer et de grandir comme être humain. La vie continue…!!!

MC Jeanty

 

12025721_10156062436875156_339657307_o

Vendredi 7 août 105: TLM va faire laver sa voiture pour la cause!!

Venez encourager les jeunes filles du programme Juste Pour Elles Saint-Michel en participant au Lave auto qu’elles organisent le 7 août  au centre Gabrielle-Roy à St-Michel , 10h à 20h au prix de 7$voiture (10$ les grandes),pour financer leurs activités, notamment une sortie en pleine nature!

Juste pour Elles est une initiative de la Maison Haiti visant à favoriser la sécurité des jeunes filles de 10 à 18 ans du quartier de Saint-Michel et prévenir leur affiliation aux gangs de rues en leur donnant confiance en elles.

11836835_10207524978785504_8392107338992834875_n 

Samedi 5 septembre 20h: direction Stade Saputo!!

logo

L’ Impact de Montréal en appui à la Maison Haiti

Match Haïti Chérie le 5 septembre 20h

Billets Impact Haïti Chérie en nombre limités disponibles au prix spécial de 20$
5$ par billet seront versés à la Maison d’Haïti pour son projet de redéploiement

** Billets spéciaux non disponibles à la porte

****Achat en ligne https://oss.ticketmaster.com/aps/impact/EN/promotion/home

ou à la Maison d’Haïti
8833, boulevard Saint-Michel
Montréal (Québec) H1Z 3G3

Tél: 514-326-3022

11838922_1642179752663129_7923537182907247913_o